Voici une présentation sur la permaculture que j’ai eu le plaisir d’animer, dans le cadre des mercredi d’Ecoattitude sur Genève. A peu près 2 fois par mois, Ecoattitude organise des « souper-débats », des présentations, conférences et autres projections ayant traits de près ou de loin à la transition (énergétique, sociale, économique, environnementale).

La permaculture est véritablement, en tout cas telle que je me la représente, une agriculture, mais aussi un paradigme de transition, un pont entre le vieux et le « nouveau » monde. D’ailleurs le pape de la Transition, Rob Hopkins est un ancien formateur en permaculture.

C’est dans cet esprit que j’ai voulu expliquer ce concept, mais en amont préférentiellement, au niveau 00 que sont les éthiques et les principes. Trop souvent des techniques, des principes, l’agroécologie, la permaculture, le bio, tout se mélange dans un joyeux gloubiboulga où il devient difficile de retrouver son chat.

Cette petite conférence a pour but de « clarifier » un peu le concept, de le remettre dans son contexte de méthode de conception systémique, basée sur une éthique et des principes forts, d’où découlent des techniques adaptées. Les techniques ne sont pas le but, elles sont le moyen. J’espère que sans mes commentaires, le slideshow sera assez pertinent. N’hésitez pas à intervenir dans le post, je pourrais préciser des choses, voire modifier le diaporama.

Ah oui au fait, il est public, servez-vous!

 

 

[gigya src= »http://prezi.com/bin/preziloader.swf » type= »application/x-shockwave-flash » allowfullscreen= »true » allowscriptaccess= »always » width= »550″ height= »400″ bgcolor= »#ffffff » flashvars= »prezi_id=ygo3umt7qm5u&lock_to_path=0&color=ffffff&autoplay=no&autohide_ctrls=0″]

 

PS : En écho au dernier billet de Nicollas, je fais donc partie dorénavant des “milieux autorisés qui s’autorisent à penser”  la permaculture, ainsi que de la police de la pensée du “c’est permaculture”. C’est un tel besoin, un tel questionnement de la part du grand public, que je tente de faire ma part, certainement de manière arbitraire et incomplète, mais c’est aussi ma façon de redistribuer mes surplus et de propager une bonne parole qui me paraît plus nécessaire chaque jour.