­

A propos Mathieu Foudral

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent Mathieu Foudral a créé 77 entrées de blog.

Introduction à la permaculture à la ferme des Escuroux, les 13 et 14 décembre

La Permaculture La permaculture est une science de création de systèmes autonomes et durables. Ces systèmes peuvent être bien entendus agricoles et nourriciers, mais les principes peuvent être adaptés également aux systèmes humains : vie collective, entreprise, famille... La permaculture se base sur les savoirs des sociétés traditionnelles (de même que sur les dernières avancées [...]

26 août 2014|Mots-clés: , |2 Commentaires

Un jardin (presque) sans eau

L’eau est l’élément le plus répandu sur Terre et le principal constituant de la matière vivante. Les plantes contiennent jusqu’à 85% d’eau, les bébés 75% et, par exemple, Jean-Pierre Pernault autour de 60%. Sans doute moins. C’est pourtant l’élément le plus mal réparti. En effet, 97.5% de l’eau sur Terre est… salée. Sur les 2.5% restant seulement 30% est disponible dans les nappes phréatiques (le reste se trouve dans les glaciers, le permafrost et dans l’air). L’eau totale utilisable pour les activités humaines représente donc moins de 1% de l’eau terrestre! (source). Et à savoir que près des 3/4 de cette eau est gâchée utilisée par l’agriculture. La bonne nouvelle c’est que la quantité d’eau n’a jamais changée et ne changera pas. C’est sa redistribution et sa salubrité qui posent déjà et qui vont rapidement poser problème… La gestion de l’eau en permaculture est aussi importante que l’eau l’est à la vie. C’est le point clé du design en tant que ressource fondamentale. Les stratégies mises en œuvre sont donc celles-ci : Réduire les besoins Capter/Retenir/Stocker Distribuer Purifier (l’eau qui ressort d’un système en permaculture a une qualité égale ou supérieure à l’eau d’entrée). Pour cette première partie je développerais la première stratégie « Réduire les besoins » qui est simple à mettre en œuvre et la clé de voûte de la gestion. Comme on dit en Auvergne : « le premier sou économisé est celui qu’on ne dépense pas », et bien ça marche aussi avec l’eau. On ne louera jamais assez le bon sens auvergnat… […]

Plasticulture VS Nature

N’en déplaise aux nostalgiques d’une campagne française fantasmée à la Jean-Pierre Pernault, la dégradation des territoires ruraux franchouillards avance à grands pas et l’agriculture conventionnelle regorge de merveilles pour finir le boulot. Entre les remembrements des années 70/80, l’arrachage systématique de tout ce qui n’est pas de l’herbe, la canalisation des sources et drainage des zones humides, le recours systématique aux produits en « cides », semences industrielles, plantes mutées et autres OGM, la liste est longue et se rallonge. La dernière aberration agricole en vogue, et bien je l’ai prise en pleine gueule, directement devant chez moi il y a peu, par une belle fin d’après-midi : Admirez la perspective Tour à tour atterré, hors de moi, désespéré, puis fermement motivé, je décidais d’essayer de comprendre ce qui pouvais pousser des paysans exploitants agricoles à transformer nos pittoresques montagnes à vaches en un début d’Almeria. […]

Stage « Permaculture Pratique pour l’Autonomie », du 14 au 18 avril 2014 à l’Ecocentre du Périgord

L'autonomie alimentaire, énergétique, l'habitat économe... Et si vous appreniez à concevoir et gérer tout cela grâce à la permaculture ? OBJECTIFS : La permaculture comme réponse à la crise La crise mondiale nous incite à ré-inventer une manière de vivre plus saine, plus autonome et en cohérence avec soi, son environnement et les enjeux planétaires. [...]

Légumes vivaces en maraîchage bio : une approche permaculturelle

Voici le résumé d’une formation que j’ai donné au Groupement Régional d’Agriculture Biologique (GRAB) de Haute-Normandie. Suite à mon article « tour d’horizon des légumes perpétuels et vivaces », j’ai eu beaucoup de questions et de demandes d’approfondissements. Cette modeste formation tente donc d’aller plus loin en proposant des pistes de réflexions pour intégrer des productions pérennes en maraîchage biologique, par une approche permaculturelle. J’ai réalisé également des fiches de culture de 15 légumes vivaces, depuis les plus connus aux plus exotiques que je laisse en téléchargement libre à la fin de l’article. […]

Pommes …

Le titre exact devrait être « Plantation d’un pré verger multiétagé à base de pommiers kazakhs, issu des principes de la permaculture dans le cantal », mais j’ai trouvé ça trop long. La forêt kazakhe, une formation forestière unique, basée sur les rosacées Au confins du Kazakhstan, au fond à droite vers le Kirghizstan, se trouve un massif forestier unique au monde, protégé depuis des millénaires par des montagnes infranchissables. L’étage dominant (la canopée) est constitué principalement de pommiers, clairsemés sur les crêtes, plus denses dans les fonds de vallées où il peut atteindre trente mètres de haut! Les étages inférieurs sont constitués de plantes pratiquement toutes comestibles : aubépine, prunier, abricotier, rose, vigne, argousier, framboisier, rhubarbe, etc. Berceau du mythe du Jardin d’Eden? Autre chose, nos amis les ours ont fait un travail admirable de sélection des variétés fruitières les plus intéressantes gustativement, en particulier sur les pommiers : certains de ces pommiers sauvages peuvent produire des fruits savoureux avec un calibre rivalisant avec des variétés commerciales! Attention cependant aux sirènes, seulement 10% de ces pommiers géants ont une valeur gustative véritable! Leur intérêt peut être ailleurs… Le malus sieversii (car il s’agit bien de lui) en tant qu’ancêtre de nos pommes actuelles est un réservoir génétique extraordinaire, en particulier pour des gènes de résistances aux maladies (tavelure en particulier). Dans le cadre d’un changement climatique ultra rapide et d’effondrement de la biodiversité, la diversité génétique est un gage de résilience fondamental. Peut-être, ces malus sieversii sauveront-ils nos pommiers des modifications qui se profilent? […]

Des nouvelles de la Ferme des Escuroux

Je n'ai pas énormément posté ces derniers temps, je m'en excuse mais cette année fut riche et beaucoup moins tranquille que je ne l'avais espéré cru! Pris dans pas mal de projets de formations, de designs et d'accompagnements divers, j'ai dû choisir les priorités. Aujourd'hui il pleut et je suis coincé par un lumbago détestable, [...]

Introduction à la permaculture, les 12 et 13 octobre 2013 à la ferme de la Bouzigue (31)

Ça vous a plu, alors on continue! Les 12 et 13 octobre, nous remettons le couvert pour un nouveau week-end d'initiation à la Permaculture en Midi-Pyrénées, sur le site de la ferme écocitoyenne de la Bouzigue (à Montaigut sur Save, près de Toulouse)! De plus en plus de personnes souhaitent cultiver leur propre alimentation, retrouver [...]

16 septembre 2013|Mots-clés: , , |0 commentaire

Construction d’une spirale d’aromatiques

L’une des marottes (et ils en ont beaucoup) des permaculteurs est de supprimer les lignes droites, quelles qu’elles soient : inesthétiques, inexistantes dans la Nature et totalement dysfonctionnelles, elles seront remplacées par des lignes courbes, des formes organiques et naturelles, plus aptes à remplir des fonctions utiles à la Vie. Ces « patterns » ou motifs de la Nature sont les bases de construction du vivant et on les retrouve partout, de la cellule végétale aux grandes formations géologiques : patterns d’embranchements : érosion ravinante, arbres, éclairs, système nerveux et sanguins, bronches, etc…. patterns en « croissants » : dunes, écailles, cellules de peau, etc…. patterns sinusoïdaux : vagues, serpents, méandres, … patterns concentriques : ondes, cernes des troncs, mouvement de l’eau, … patterns « overbeck jet » ou grosso modo en coupe de champignons : flux de liquide ou de gaz pénétrant une autre substance, poumons, cerveaux, coupes transversales  de certains fruits, etc… L’overbeck jet se reconnectant sur lui-même donne aussi naissance à la forme dite « tore » ou « torus », particulièrement intéressante en terme énergétique (forme autorégulée). et enfin le pattern de spirale, du plus petit coquillage à la plus éloignée galaxie, cyclones, maelströms, spirale d’ADN, pousses de fougères et autres tiges de plantes grimpantes. Chaque série de pattern possède une ou plusieurs actions spécifiques : stocker, distribuer, concentrer, etc… Ces particularités énergétiques seront les guides, des références pour le design en permaculture. L’une des figures emblématique de la permaculture est la spirale, symbole englobant et concentrant en même temps, multidirectionnel, il incarne mieux qu’aucun autre la vision globale de la permaculture. Je vous propose aujourd’hui un petit tutorial pour construire une spirale d’aromatique. Plus qu’un passage obligé, un « marronnier » de la permaculture, cette dernière est avant tout une porte ouverte sur ses principes, une façon d’appréhender la vision et l’éthique, la réalisation d’une telle spirale ayant déjà été un support pour des cessions d’introduction à la permaculture… […]

« Imiter la Nature, hâter son oeuvre », vers une gestion respectueuse de la forêt

Le zonage dans le design permaculturel est une juste répartition spatiale des éléments d’un système, en fonction des déplacements, de l’entretien. C’est une optimisation énergétique, rendant l’ensemble du système cohérent et soutenable. Par exemple on n’implantera pas son potager à 500m de la maison, ni son verger sous sa fenêtre (sauf si ça nous fait plaisir). Les zones sont définies à partir de la zone 0 qui est l’habitation principale. C’est logique sans doute, mais nécessaire sûrement. On aura donc : la zone 1, plus proche de la maison où l’on trouvera les herbes pour la cuisine, le potager, la zone 2, un peu plus loin, où l’on trouvera par exemple le poulailler, la zone 3, les grandes cultures, la zone 4 le verger, les pâtures, la zone 5 est la zone « sanctuaire », sauvage, un futur vivier de biodiversité, un lieu de ressourcement, d’observation… Ce que je viens de dire est un exemple volontairement succin et totalement arbitraire du fait des différentes particularités du lieu, des habitants, de leurs priorités et donc extrêmement relatif. Je ne vais pas faire un cours sur le zonage, Nicolas l’a déjà très bien fait. Dans la zone 4, on inclue aussi la production de bois de chauffage, voire de construction. C’est cette partie qui va nous intéresser aujourd’hui. La gestion des forêts peut ressembler par bien des façons à l’agriculture conventionnelle : ne parle-t-on pas d’exploitation forestière au même titre que d’exploitation agricole? Je vous invite par cet article à comprendre mieux le fonctionnement des forêts, les différentes formes de peuplements forestiers ainsi que les interrelations extrêmement complexes qu’entretiennent entre eux les différents éléments de ce système souverain. Cet article fait également partie des modules de cours que je donne dans le cadre de cours certifiés de permaculture. […]

4 juin 2013|Mots-clés: , , |1 commentaire