La permaculture, une question de principes

Je fait souvent attention aux amalgames et abus de langages concernant le concept de permaculture et sa traduction « in situ ».  Je la conçois avant tout en tant que vision globale et systémique, une éthique qui débouche sur des principes forts. De ces principes ensuite découlent des techniques adaptées. On dit que science sans conscience n’est que ruine de l’âme, s’agissant de permaculture il n’y a pas mort d’homme tout de même, néanmoins réduire la permaculture à quelques techniques de jardinage sur buttes me paraît vraiment très réducteur… Alors, perma ou pas perma? Heureusement les bases et le cadre sont posés, par David Holmgren et par Bill Mollison.Ce n’est pas que j’ai besoin personnellement d’un cadre, mais ce concept étant assez global pour être mis à toutes les sauces, ces petits jalons me sont souvent d’une grande aide. Intégrer les différents principes de la permaculture devient une gymnastique presque quotidienne qui finit par modifier considérablement la vision du monde et notre implication dans celui-ci. Je suis parfois surpris des résultats auxquels m’amène ces quelques principes de bon sens et de simplicité. Voici un modeste exemple d’application de ces bons mots. […]