­

Un jardin (presque) sans eau

L’eau est l’élément le plus répandu sur Terre et le principal constituant de la matière vivante. Les plantes contiennent jusqu’à 85% d’eau, les bébés 75% et, par exemple, Jean-Pierre Pernault autour de 60%. Sans doute moins. C’est pourtant l’élément le plus mal réparti. En effet, 97.5% de l’eau sur Terre est… salée. Sur les 2.5% restant seulement 30% est disponible dans les nappes phréatiques (le reste se trouve dans les glaciers, le permafrost et dans l’air). L’eau totale utilisable pour les activités humaines représente donc moins de 1% de l’eau terrestre! (source). Et à savoir que près des 3/4 de cette eau est gâchée utilisée par l’agriculture. La bonne nouvelle c’est que la quantité d’eau n’a jamais changée et ne changera pas. C’est sa redistribution et sa salubrité qui posent déjà et qui vont rapidement poser problème… La gestion de l’eau en permaculture est aussi importante que l’eau l’est à la vie. C’est le point clé du design en tant que ressource fondamentale. Les stratégies mises en œuvre sont donc celles-ci : Réduire les besoins Capter/Retenir/Stocker Distribuer Purifier (l’eau qui ressort d’un système en permaculture a une qualité égale ou supérieure à l’eau d’entrée). Pour cette première partie je développerais la première stratégie « Réduire les besoins » qui est simple à mettre en œuvre et la clé de voûte de la gestion. Comme on dit en Auvergne : « le premier sou économisé est celui qu’on ne dépense pas », et bien ça marche aussi avec l’eau. On ne louera jamais assez le bon sens auvergnat… […]

Stage « Permaculture Pratique pour l’Autonomie », du 14 au 18 avril 2014 à l’Ecocentre du Périgord

L'autonomie alimentaire, énergétique, l'habitat économe... Et si vous appreniez à concevoir et gérer tout cela grâce à la permaculture ? OBJECTIFS : La permaculture comme réponse à la crise La crise mondiale nous incite à ré-inventer une manière de vivre plus saine, plus autonome et en cohérence avec soi, son environnement et les enjeux planétaires. [...]

Légumes vivaces en maraîchage bio : une approche permaculturelle

Voici le résumé d’une formation que j’ai donné au Groupement Régional d’Agriculture Biologique (GRAB) de Haute-Normandie. Suite à mon article « tour d’horizon des légumes perpétuels et vivaces », j’ai eu beaucoup de questions et de demandes d’approfondissements. Cette modeste formation tente donc d’aller plus loin en proposant des pistes de réflexions pour intégrer des productions pérennes en maraîchage biologique, par une approche permaculturelle. J’ai réalisé également des fiches de culture de 15 légumes vivaces, depuis les plus connus aux plus exotiques que je laisse en téléchargement libre à la fin de l’article. […]

Introduction à la permaculture, les 12 et 13 octobre 2013 à la ferme de la Bouzigue (31)

Ça vous a plu, alors on continue! Les 12 et 13 octobre, nous remettons le couvert pour un nouveau week-end d'initiation à la Permaculture en Midi-Pyrénées, sur le site de la ferme écocitoyenne de la Bouzigue (à Montaigut sur Save, près de Toulouse)! De plus en plus de personnes souhaitent cultiver leur propre alimentation, retrouver [...]

16 septembre 2013|Mots-clés: , , |0 commentaire

« Imiter la Nature, hâter son oeuvre », vers une gestion respectueuse de la forêt

Le zonage dans le design permaculturel est une juste répartition spatiale des éléments d’un système, en fonction des déplacements, de l’entretien. C’est une optimisation énergétique, rendant l’ensemble du système cohérent et soutenable. Par exemple on n’implantera pas son potager à 500m de la maison, ni son verger sous sa fenêtre (sauf si ça nous fait plaisir). Les zones sont définies à partir de la zone 0 qui est l’habitation principale. C’est logique sans doute, mais nécessaire sûrement. On aura donc : la zone 1, plus proche de la maison où l’on trouvera les herbes pour la cuisine, le potager, la zone 2, un peu plus loin, où l’on trouvera par exemple le poulailler, la zone 3, les grandes cultures, la zone 4 le verger, les pâtures, la zone 5 est la zone « sanctuaire », sauvage, un futur vivier de biodiversité, un lieu de ressourcement, d’observation… Ce que je viens de dire est un exemple volontairement succin et totalement arbitraire du fait des différentes particularités du lieu, des habitants, de leurs priorités et donc extrêmement relatif. Je ne vais pas faire un cours sur le zonage, Nicolas l’a déjà très bien fait. Dans la zone 4, on inclue aussi la production de bois de chauffage, voire de construction. C’est cette partie qui va nous intéresser aujourd’hui. La gestion des forêts peut ressembler par bien des façons à l’agriculture conventionnelle : ne parle-t-on pas d’exploitation forestière au même titre que d’exploitation agricole? Je vous invite par cet article à comprendre mieux le fonctionnement des forêts, les différentes formes de peuplements forestiers ainsi que les interrelations extrêmement complexes qu’entretiennent entre eux les différents éléments de ce système souverain. Cet article fait également partie des modules de cours que je donne dans le cadre de cours certifiés de permaculture. […]

4 juin 2013|Mots-clés: , , |1 commentaire

Formation : 5 jours pour préparer son projet en agroécologie et permaculture

« Permaculture, agroécologie : approche globale et outils pour créer et entretenir son espace nourricier » - Du 13 au 17 juillet 2013, aux jardins de Jinjean, Ariège- DESCRIPTION : Bien au-delà d'une simple technique de jardinage, la permaculture est une science de conception de systèmes inspirée des relations existantes dans la Nature. Elle permet d'organiser son espace [...]

Stage d’introduction à la permaculture, le 29 et 30 juin en Ariège

La permaculture, bien avant d’être une simple technique de jardinage est une science de conception qui permet d’imaginer et de réaliser des systèmes humains et agricoles durables, autonomes et très efficaces. Basée sur l’observation de la Nature et les savoir-faire traditionnels, la permaculture est une vision, une éthique de vie incroyablement positive et totalement adaptée [...]

Vers la forêt comestible

Et si la microscopique parenthèse agricole productiviste était arrivée au bout de son existence? Et si une autre façon de cultiver, d’imaginer sa relation à la nourriture, à la production de sa nourriture était pensable? Produire son alimentation en allant dans le sens de la Nature n’est pas un retour en arrière, c’est peut-être même tout le contraire : redevenons cueilleurs! Sans forcément apporter toutes les réponse à la faim dans le monde, la forêt-jardin est un nouveau paradigme agricole qui a toute sa place dans nos problématiques actuelles. Voici une partie des modules que je donne sur la forêt-jardin lors de cours certifiés de permaculture. Ils sont hautement perfectibles mais ont l’intérêt d’exister, et sont maintenant disponibles pour tout le monde. […]

20 avril 2013|Mots-clés: , , , , |17 Commentaires

Introduction à la Permaculture, les 8 et 9 mai à la Ferme de la Bouzigue (31)

Pour les 2 jours de l'Ascension, nous vous proposons un stage de 2 jours d'introduction à la permaculture, sur le site de la ferme écocitoyenne de la Bouzigue (à Montaigut sur Save, près de Toulouse). Ces deux journées vous permettront de « goûter » à la Permaculture et de trouver des solutions pratiques à reproduire chez vous. [...]

13 février 2013|Mots-clés: , , , |1 commentaire

De l’air pour nos vieux fruitiers!

Je vis dans une région qui était autrefois couverte de pommiers. Les champs étaient quasiment tous des prés-vergers et la production des fruits était une richesse inestimable dans ce pays (autrefois) pauvre : pommes à couteaux, à cuire, de garde, compote pour l’hiver, jus de pomme, cidre, vinaigre, gnôle (de pomme ou de « pitain », résidu de presse), nourriture pour les cochons. La plupart des maisons avaient leur pressoir et leurs arbres étaient une vraie richesse. Le désintérêt et le prix du mètre carré ont fait disparaître une tradition séculaire en quelques dizaines d’années. Dévorées par les zones pavillonnaires, les routes, rocades, ZIEC, ZAC, ZUP et autres bubons asphaltophiles, le non renouvellement des arbres  et leur non-entretien les ont fait pratiquement tous disparaître. Or, il suffit parfois de peu de choses pour conserver voire sauver ce patrimoine et en même temps obtenir toujours une belle production. Ces arbres sont le résultat de sélections séculaire et de proximité intimes avec des générations d’humains qui les ont qui les ont plantés, greffés, soignés. Parce que le patrimoine de l’Humanité c’est aussi cela. Voici quelques grandes règles à respecter pour garder en bonne santé le plus longtemps possible les pommiers de pappy. […]